Mythologie Africaine (Yoruba)

 dans Mythologie

La religion yoruba comprend les concepts et pratiques religieuses et spirituelles traditionnelles du peuple yoruba. Sa patrie se trouve dans le sud-ouest du Nigéria actuel et dans les parties voisines du Bénin et du Togo.

Olodumare le dieu créateur

Olodumare aussi connu sous le nom de Ọlọrun (Tout-Puissant) est le nom donné à l’une des trois manifestations du Dieu Suprême ou Être Suprême de la mythologie Yoruba. Le nom d’Olodumare vient des mots Odu, Mare et Ont, qui se traduit par “propriétaire de” dans le panthéon Yoruba. Olodumare est le Créateur Suprême.

Les Yorubas croient qu’Olodumare est omnipotent et qu’il est également responsable de la création de toute vie. Les adeptes des Yoruba croient qu’Olodumare participe à une vie calme, reposante et plutôt inactive. Il n’est pas intéressé ou impliqué quand il s’agit de questions terrestres et laisse les autres orishas, qui sont décrits comme ses fils et ses filles, répondre aux préoccupations humaines par la divination, la possession, le sacrifice et plus encore. La tradition yoruba dit que tout est entre les mains de Dieu (Olodumare) quand ils vont se coucher le soir.

Historiquement, les Yorubas n’ont pas adoré Olodumare, il n’y a pas de sanctuaire spécifique et aucun sacrifice n’est souvent fait en sa faveur. Il y a une contradiction sur le fait de savoir si Olodumare est directement adoré ou non en raison de son désintérêt pour l’humanité. Les Yorubas considèrent qu’Olodumare est à l’origine de la vertu et de la mortalité. On croit qu’il confère la connaissance des choses à toutes les personnes au moment de leur naissance. Il est décrit comme omnipotent, transcendant, unique, connaissant tout, bon et mauvais. Les Yorubas font appel à Olodumare lorsque d’autres divinités (orishas) ne veulent pas aider ou semblent incapables. Ces orishas sont des êtres surnaturels à la fois bons (egungun) et mauvais (ajogun) qui représentent l’activité humaine et les forces naturelles. Les Yorubas croient qu’Olodumare a créé toutes les autres forces de l’univers pour aider à poursuivre l’évolution de l’univers.

Représentation d'Olodumare
Représentation d’Olodumare

Histoires d’Olodumare

Il y a une histoire Yoruba d’Olodumare assis dans les cieux, retenant la pluie à cause de la mauvaise conduite des autres orishas. Plutôt que de les éliminer, il les regarda apprendre de leurs erreurs et souffrir de la sécheresse. Les orishas souffrirent jusqu’à ce qu’ils implorent le pardon, mais Olodumare ne pouvait pas entendre parce qu’il était trop haut dans les cieux. Les orishas ne pouvaient pas atteindre l’endroit où il se trouvait. Le plus petit orisha, Oshun, s’est porté volontaire pour essayer de se rendre à Olodumare. Oshun devint alors un paon et s’envola dans les cieux, brûlant ses plumes en chemin. Ses plumes sont tombées et elle s’est transformée en vautour, mais elle n’a jamais abandonné et a continué à voler. Sa détermination l’a conduite à Olodumare. Il a vu à quel point elle s’était battue et à quel point elle persévérait et appréciait son dynamisme, lui accordant le prix de ramener la pluie. On lui confia la tâche de messagère, la seule orisha autorisée à aller dans le ciel pour communiquer avec Olodumare

Orisha

Orisha sont des esprits envoyés par (Olodumare, Olorun, Olofi) dans la religion Yoruba pour guider la création et en particulier l’humanité sur la façon de vivre et de réussir sur Ayé (Terre). La plupart des orishas auraient déjà existé dans le monde des esprits (òrun) et se seraient incarnés en tant qu’êtres humains ici sur terre (ayé). D’autres seraient des humains qui sont reconnus comme des divinités à leur mort due à des exploits extraordinaires.

Les praticiens croient traditionnellement que la vie quotidienne dépend de l’alignement et de la connaissance de ses ori. Ori signifie littéralement la tête, mais en matière spirituelle, on considère qu’il s’agit d’une partie de l’âme qui détermine la destinée personnelle.

Certains orishas sont enracinées dans le culte des ancêtres ; les guerriers, les rois et les fondateurs de villes étaient célébrés après la mort et rejoignent le panthéon des divinités Yoruba. Les ancêtres ne sont pas morts, mais ont été considérés comme ayant ” disparu ” et sont devenus orisha. Certaines orisha basées sur des personnages historiques sont confinés au culte dans leur famille ou leur ville d’origine ; d’autres sont vénérés dans des zones géographiques plus vastes.

Représentation des Orisha
Représentation des Orisha

Ashe

Ase ou ashe est un concept philosophique ouest-africain à travers lequel les Yorubas du Nigeria conçoivent le pouvoir de faire bouger les choses et de produire des changements. Il est donné par Olodumare à tout – dieux, ancêtres, esprits, humains, animaux, plantes, roches, rivières, et des mots prononcés tels que des chansons, des prières, des louanges, des malédictions, ou même des conversations de tous les jours. L’existence, selon la pensée yoruba, en dépend. En plus de ses caractéristiques sacrées, l’ase a également d’importantes ramifications sociales, ce qui se reflète dans sa traduction par ” pouvoir, autorité, commandement “. Une personne qui, par l’entraînement, l’expérience et l’initiation, apprend à utiliser la force vitale essentielle des choses pour effectuer délibérément un changement est appelée alaase.

Les rituels pour invoquer les forces divines reflètent cette même préoccupation pour l’ase autonome d’entités particulières. La reconnaissance de l’unicité et de l’autonomie de l’ase des personnes et des dieux est ce qui structure la société et ses relations avec l’autre monde.

Eshu

Eshu est un dieu très rusé et manipulateur, malgré son rôle de dieu joueur de tours et parfois même destructeur et cruel envers les humains. Il reste très important car il représente en quelque sorte l’équilibre universel. Eshu est tout de même perçu comme une figure négative. Eshu permet à la justice de croître pour préserver l’équilibre de l’univers, un équilibre entre le chaos et la justice qui est essentielle pour l’équilibre de l’un. Ces deux concepts ne peuvent exister l’un sans l’autre. Eshu possède plusieurs autres rôles, il sert également des messagers des dieux. Il permet ainsi un moyen de communication entre les dieux et les humains. 

La plupart du temps Eshu est représenté comme un dieu imprévisible, sournois et friand de farce qui peuvent être cruels et dévastateur. Pour duper les humains il peut apparaître sous différentes formes. 

Articles récents

Laisser un commentaire

Commencez à taper et appuyez sur Entrée pour rechercher

Mythologie chinoiseMythologie Aztèque