Mythologie Aztèque

 dans Mythologie

Le monde selon les Aztèques :

Dans les croyances et les anciennes traditions aztèques, le monde dans lequel on vit n’est pas le premier à avoir été créé. En effet, il y aurait eu plusieurs autres mondes avant l’arrivée du nôtre. Ceux-ci avaient en commun la création d’un Soleil pour symboliser leur apparition. 

Pour chaque monde ainsi créé, une divinité aztèque était élue pour représenter le Soleil de ce monde. C’est Tlaloc qui fut le dieu élu pour représenter et gouverner notre monde actuel.

 Représentation de Tlaloc
Représentation de Tlaloc

On peut donc retrouver une très forte présence iconographique de Tlaloc chez les Aztèques, que ce soit dans les monuments ou les temples et sous forme de statues ou bien de fresques.

 Fresque aztèque représentant Tlaloc
Fresque aztèque représentant Tlaloc

Tlaloc, symbole de la mythologie aztèque :

 Représentation de Tlaloc
Représentation de Tlaloc

Comme nous venons de le voir, Tlaloc est considéré comme le dieu élu pour représenter et gouverner notre monde. Il est représenté comme la divinité aztèque la plus puissante et redoutable si bien qu’il en devient même le symbole de cette mythologie. Voilà pourquoi nous allons nous intéresser à lui en priorité.

Tlaloc est représenté comme un dieu massif, à la couleur de peau bleue, aux yeux énormes et avec de longs crocs acérés semblables à ceux d’un jaguar. Comme la plupart des dieux aztèques, Tlaloc est lui aussi associé aux serpents c’est pourquoi il est commun de voir des statues et des monuments à son effigie entourés de serpents.

De plus, il est le dieu de la pluie, de l’eau en général, de la foudre, des tempêtes et enfin de l’agriculture. Il était considéré à la fois comme un dieu bienveillant apportant la pluie qui nourrissait les plantes et abreuvait les êtres vivants mais il pouvait également être impitoyable et cruel. En effet, dans ses moments de colère, il créait des tempêtes destructrices qui rasaient tout sur leur passage et des sécheresses qui n’en finissaient plus.

Les dieux créateurs  :

Nous venons de voir qui était Tlaloc et quel était son rôle dans la mythologie aztèque. Intéressons-nous maintenant au commencement de cette mythologie.

Tout d’abord, dans la mythologie aztèque les dieux créateurs étaient au nombre de quatre :

– Tezcatlipoca (dieu de la nuit)
– Huitzilopochtli (dieu de la guerre et des sacrifices)
– Quetzalcoatl (dieu serpent à plumes associé au vent et à la sagesse)
– Xipe Totec (dieu des forces de la nature et de la souffrance)

Il faut savoir que parfois Tlaloc était inclus dans ce groupe de divinités créatrices et prenait la place de Xipe Totec.

En raison de sa puissance phénoménale en tant que dieu de la pluie ainsi que son contrôle total sur les conditions météorologiques liées à l’eau (comme les inondations, le tonnerre, la foudre, les sources montagneuses …), Tlaloc agissait comme le chef de plusieurs divinités associées à l’eau ainsi qu’à de nombreuses autres divinités mineures qui étaient connues sous le nom de Tlaloques. Ces dieux mineurs étaient tous associés à des représentations différentes de la pluie (comme le brouillard, la pluie bénéfique, la pluie torrentielle …).

La fin d’un monde et la naissance d’un nouveau

L’un des mythes les plus connus à propos de Tlaloc correspond à la fin du troisième Soleil et donc la destruction du troisième monde créé dans la mythologie aztèque.

Tlaloc était marié à Xochiquetzal (déesse de la beauté et des fleurs). Un beau jour, l’un des dieux créateurs, Tezcatlipoca (l’ennemi juré de Quetzalcoatl) kidnappa la jeune femme et la força à l’épouser.

Tlaloc qui aimait sa femme plus que tout au monde en avait le coeur brisé. Dévasté et furieux, il décida finalement de ne plus donner à la terre la pluie dont elle avait tant besoin pour s’épanouir et survivre.

Alors en peu de temps, le monde entier fut plongé dans une sécheresse sans fin. Tout était sec et les êtres humains avaient beau supplier le dieu tout puissant de la pluie de mettre fin à leur souffrance et de ramener l’eau sur Terre, il ne voulait rien savoir. Au contraire, Tlaloc en avait assez, il ne voulait plus entendre les demandes et les supplications incessantes des humains. Par conséquent, il décida de faire tomber un torrent de flammes des cieux qui laissèrent le troisième monde en cendres.

Cet événement marque la fin du troisième monde dans la mythologie aztèque. Peu après, Tlaloc se remarie avec Chalchiuhtlicue (déesse des eaux courantes et de la jeunesse) et avec l’aide du vieux serpent Quetzalcoatl, elle fut élue comme souveraine du quatrième Soleil donc du quatrième monde créé depuis le tout début de la création.

 Représentation de Chalchiuhtlicue
Représentation de Chalchiuhtlicue

Le culte des dieux :

  Représentation de la Cité aztèque Tenochtitlan
 Représentation de la Cité aztèque Tenochtitlan

Dans la capitale aztèque de Tenochtitlan, il y avait deux temples installés sur la pyramide du “Templo mayor” qui est la plus grande pyramide de la capitale. L’un des temples était dédié au grand dieu Huitzilopochtli et l’autre à Tlaloc. Les marches monumentales qui menaient vers le temple de Tlaloc étaient peintes en bleu et en blanc. Des couleurs qui étaient censées représenter l’affinité du dieu avec l’eau. Son temple se trouvait du côté nord de la pyramide et marquait le solstice d’été et la saison des pluies. À l’intérieur de la pyramide, il y avait des offrandes liées à l’eau et à la mer pour honorer Tlaloc. En effet, Tlaloc ainsi que la plupart des autres dieux de la pluie avaient un besoin constant d’être vénérés par les êtres humains. Après tout, ils contrôlaient les eaux du monde et les pluies saisonnières qui étaient très importantes pour les Hommes d’autant plus pour l’agriculture.

Pour tenter d’obtenir une pluie abondante afin de favoriser la croissance des plantations, de grandes cérémonies avaient lieu autour des temples et des sacrifices parfois humains avaient été consentis en l’honneur à ces dieux et ceux plusieurs fois par année. 

Une mythologie toujours présente aujourd’hui :

Au fil du temps la mythologie aztèque est restée très présente dans la culture populaire et aujourd’hui elle constitue toujours une partie essentielle de la culture mésoaméricaine. De nos jours, il est encore assez courant de voir des représentations modernes des anciens dieux aztèques dans l’art, la littérature et dans les médias.

Par exemple, l’artiste américaine Jesse Hernandez contribue beaucoup à l’exposition de la culture aztèque en intégrant et en s’inspirant de la mythologie aztèques dans ses créations graphiques. Enfin, on peut aussi retrouver le dieu Tlaloc dans le jeu vidéo Smite qui nous propose d’incarner ce personnage. 

Articles récents

Laisser un commentaire

Commencez à taper et appuyez sur Entrée pour rechercher

Mythologie AfricaineMythologie Amérindienne