Mythologie Japonaise

 dans Mythologie

La mythologie japonaise, une mythologie ancestrale

Entre Kami et créatures démoniaques, la mythologie japonaise est très diversifiée. Elle se fonde sur des textes ancestraux du kojiki et du Nihonshoki. 

La naissance de la mythologie japonaise

Cette mythologie s’appuie sur le Shintô et sur le Kojiki, qui est le recueil de mythes le plus ancien, évoquant les traditions folkloriques, les légendes et histoires du pays du Soleil levant. Le shintô est une religion tribale importée au Japon par des émigrants venant de Corée et de Mongolie. La mythologie japonaise est un mélange de religions et de peuples, dont des peuples indigènes. L’ancienne religion du Japon était le bouddhisme et est devenu le Shintô afin de bien différencier les deux religions et de marquer cette rupture. Le shintoïsme est est une religion qui réunit plusieurs dieux : les dieux animistes se basant sur la croyance de l’âme et de la force vitale et les dieux chamanistes. Le concept majeur du Shintoïsme repose sur le respect de la nature, car pour ce peuple, chaque objet, outil ou chose possède un esprit, une âme nommée kami. Ces kamis sont considérés comme des divinités. Donc pour les shintoïstes, un astre, une pierre, un lac, une rivière, montagne ou encore même l’âme des morts possède un kami. Le principe du chamanisme est d’entretenir un lien entre des êtres humains et les dieux, mais aussi entre la nature et les animaux.

Le mythes fondateurs du Kojiki et du Nihonshoki

D’après la légende, le panthéon japonais serait peuplé de huit millions d’esprits. Le Kojiki, qui est le premier recueil associant les croyances, les récits de la vie des dieux et les origines ancestrales du Japon, collectées par le bureaucrate Ono Yasumaro, qui fut envoyé par l’impératrice Gemmei afin de recueillir et d’assembler les récits et légendes du Japon. C’est seulement huit ans plus tard que le Nihonshoki fut écrit. 

Selon le Kojiki, au début, il n’existait qu’une masse flottante et qui ne possédait pas de forme particulière, dans le néant originel. A partir de ce néant, sont nés le ciel et la terre, mais un jour, le ciel et la terre rompent et se séparent. Dans le ciel, existe le paradis nommé Takamanohara et dans ce dernier naissent les trois premiers dieux Amenominaka-nushi Mikoto, Takami-musubi et Kami-musubi qui sont tous trois respectivement les kamis de la création, et incarnent les forces qui dirigent le monde. C’est de cette génération de Kamis que sont issus d’autres Dieux mais parmi les plus importants sont Izanagi et Izanami.

La création du Japon

Selon les mythes et les légendes, tout ce qui existait et allait exister était mélangé au chaos. C’était un moment du monde où l’ordre n’existait pas encore. Izanagi et Izanami sont les divinités responsables de la création des îles du Japon (et ils ont donné naissance à de nombreux dieux et déesses, comme le Kami du vent Shine-tsu-hiko-no-kami ainsi que le Kami des Montagnes et le Kami des Plaines.) Les dieux Izanagi et Izanami ont reçu la mission de mettre de l’ordre dans ce nouveau monde naissant et de créer l’archipel du Japon. 

Après avoir reçu cette ordre, Izanagi et Izanami utilisent leur lance divine afin transpercer l’océan et de remuer la mer. Et en sortant leur lance de l’eau, plusieurs gouttes tombent dans l’océan ce qui a formé l’île Onogoro, le pilier du centre de la Terre. Sur cette île, Izanagi et Izanami construisent un palais dans lequel ils ont un enfant mais qui a la particularité de n’avoir pas d’os. Izanagi et Izanami décident donc de s’en débarrasser. Leur échec est dû au fait que c’est la femme qui a prononcé la phrase rituelle précédant l’union physique de ces deux personnages. Cette maladresse constitue un manquement qui est puni par la naissance de monstruosité.

Par la suite Izanagi et Izanami ont pris soin de réitérer le processus tout en veillant à ce que ce soit l’homme qui parle en premier. Par cette union naissent alors les premiers enfants du couple. Ils sont nombreux et on compte parmi eux les îles du Japon. En effet, on retrouve des kamis mineurs comme des cascades, des montagnes, des plantes et bien sûr le vent. Mais lorsque vient le moment d’accoucher de Kagutsuchi, le dieu du feu, Izanami est gravement brûlée est meurt de ses blessures. Elle entre donc dans le Yomi, le royaume des morts, l’équivalent de l’enfer au Japon. Voulant retrouver sa femme, Izanagi tente d’aller en enfer mais la vision de sa femme fourmillant d’asticots et de vers lui fait comprendre qu’il est trop tard. Choquée par la réaction de son mari, Izanami se lance à sa poursuite et lui dit que pour compenser son attitude, elle étranglera mille personnes par jour. Pour répondre à cela, Izanagi lui dit qu’il va donc créer mille cinq cent personnes par jour. C’est ainsi que le cycle de la vie est créé.

 Izanami morte et transformée
Izanami morte et transformée

Maintenant, nous allons nous intéresser à quelques personnages de la mythologie Japonaise.

Le démon japonais, l’Oni

On parle souvent des kamis dans la religion Shintô et dans la mythologie du Japon, mais il existe des personnages opposés à ces kamis : des démons. En effet les Onis sont des créatures démoniaques la plupart du temps comparées aux ogres ou encore aux trolls appartenant au folklore et à la mythologie occidentaux. Ces derniers sont des créatures très populaires et emblématiques du folklore nippon. Le traduction du nom Oni en français est le mot “ogre” ou encore “démon”. 

Comme son nom l’indique, l’Oni fait partie des démons les plus craints de la mythologie japonaise. Le plus souvent, on les décrit comme étant de très grande taille et même encore plus grand que le plus grand des hommes. Ils sont dotés d’une peau de couleur rouge ou bleue, des cornes tordues, une bouche aux dents acérées flanquée de deux longues défenses semblables à celles d’un sanglier. Cependant, selon les régions, la description physique des Onis change. Il n’est donc pas rare de voir ces créatures démoniaques représentées de manières différentes. Selon la légende, les Onis confectionnent eux-mêmes leurs vêtements ayant un aspect primitif avec la peau des animaux qu’ils avaient tués. Néanmoins, encore une fois il n’est pas impossible de retrouver des représentations d’Onis habillés de vêtements traditionnels. 

Ces créatures ont une très mauvaise réputation dans la mythologie japonaise. car ils sont synonymes de brutalité et de malchance. La légende raconte que chaque être humain malicieux qui meurt se rend dans l’un des nombreux enfers bouddhistes et se transforme en Oni, devenant donc l’un des esclaves du grand roi Enma Diao, le souverain des enfers. Cependant, les plus malfaisants des humains qui rendent l’âme, se transforment en Oni mais restent sur Terre pour terroriser les vivants sans répit.

Le Kitsune, le renard à plusieurs queues

Dans la mythologie et le folklore japonais, les renards font partie des créatures les plus mythiques et populaires, et cela depuis de nombreux siècles. Selon la légende, les Japonais entretiennent une relation étroite avec leurs renards, ce qui est dû au fait que depuis le début de la civilisation nippone, les êtres humains et les renards vivent très près les uns des autres. 

Le Kitsune désigne deux termes à la fois : le renard mais aussi il la créature mythique issue de la mythologie Japonaise. Lorsque l’on parle de cette créature mythique, on parle de Yokai, une classe de créatures surnaturelles issues du folklore Japonais. Les Yokai peuvent correspondre à une grande variété de créatures mythiques que ce soit des esprits, des démons ou encore des animaux à l’apparence surnaturelle comme le Kitsune.

Ce dernier date du VIIIe siècle avant JC. Pendant de nombreuses années, les Japonais associent le Kitsune à la déesse de l’agriculture et du commerce Inari, en tant que son messager. 

La légende raconte que le Kitsune naît avec une seule queue, mais après un siècle plusieurs que supplémentaires poussent. Après 100 ans, ils apprennent la capacité de changer de forme. Cette capacité leur sert à se métamorphoser en humain pour leur jouer des tours. En effet, ces créatures sont très rusées et adorent jouer des tours aux samouraïs trop fiers ou aux marchands avares et même au moines bouddhistes. Cependant certains Kitsunes, plus malicieux, jouent des tours plus macabres car ils font croire aux hommes qu’ils suivent une belle jeune femme dans sa maison luxuriante, mais qu’en se réveillant ils se retrouvaient dans un cimetière entourés de cadavres. 

Le nombre de queues que possède un Kitsune renseigne son âge, sa force, sa sagesse et enfin l’amplitude de son pouvoir. Néanmoins, les Kitsunes sont représentés avec 9 queues au maximum, car lorsqu’ils ont leur 9eme queue, leur pelage devient blanc ou doré. Généralement, la classification des Kitsunes se fait en deux catégories : Les Kitsunes zenkos qui sont des renards bienveillants, bons, et conciliants, associés à Inari, déesse de l’agriculture et du commerce. L’autre catégorie est opposée, ce sont les Kitsunes yakos regroupant les créatures malicieuses jouant de mauvais tours. L’autre particularité des Kitsunes est le Kitsunetsuki, le fait de pouvoir posséder un être humain. Néanmoins, on peut voir parfois, les très physique du Kitsune à travers la victime. Enfin, on dit que ces créatures sont immortelles, mais la légende raconte que la seule façon de tuer un Kitsune est de lui couper toutes ses queues.

Articles récents

Laisser un commentaire

Commencez à taper et appuyez sur Entrée pour rechercher

Mythologie BerbèreMythologie chinoise